Histoire politique et sociale des « réserves Indiennes » aux USA

Quand les statistiques et les conséquences des évènements historiques représentent les éléments du quotidien d’un ou de plusieurs orateurs, alors, l’histoire contée n’est plus le simple survol d’un relief dont les contours seraient délimités par les dates et les noms de personnages célèbres, mais elle devient l’histoire de ceux qui en furent le fondement, les protagonistes, les acteurs principaux. Mes quinze années de séjours et voyages parmi le peuple Lakota, ainsi que mon adoption au sein d’une famille de la tribu des Sicangu, m’ont donné un certain point de vue au sens littéral du terme. C’est en effet cette posture qui me permet de m’exprimer, par le biais de la vie présente et passée des membres de ma seconde famille. Loin  du simple récit d’une histoire locale et inhérente à l’Amérique du Nord, l’histoire politique et sociale des réserves indiennes aux USA, est un dramatique exemple de la mentalité du 19ème siècle, où la maxime en vigueur chez les possédants bien pensants n’était autre que : « Gain, richesse, oublie tout sauf toi-même ».

Des cinq tribus « civilisées » à la destinée manifeste, de la vision de Sitting Bull au massacre de Wounded Knee, je vous décris par ce récit, comment la civilisation désintégra le nouveau monde.

Des cinq tribus c civilisées » à la c destinée manifeste •, de la vision de Sitting Bull au massacre de Woun­

ded Knee, je vous décris par ce récit comment la civilisation désintégra le « Nouveau Monde ».

 

 

L’oiseau perdu de Wounded Knee

Wounded Knee, Dakota du Sud, 29 décembre 1890. Plus de 350 Lakota, vieillards, femmes et enfants, viennent d’être massacrés. Cet évènement est considéré historiquement, comme mettant un terme aux guerres indiennes. Le secrétaire d’Etat au recensement dira simplement : « Nous n’avons plus de frontières intérieures ». Parmi les cadavres raidis parle froid glacial, un petit bébé est miraculeusement retrouvé vivant. C’est une fille. Les diverses familles Lakota qui s’en occuperont au début lui donneront un nom. Zintkala Zoni, c’est-à-dire, Oiseau perdu. Comment cet oiseau va se perdre chez les vivants pendant environ 30 ans, c’est ce que je vais vous raconter.

 

Chroniques d’une fin annoncée – La guerre des Black Hills

Si la bataille de Little Big Horn (1876) fut le point culminant de la guerre des Black Hills, cette victoire amérindienne marqua le début d’une inévitable fin. Celle des formidables épopées de ceux que l’on nomme Indiens des Plaines, et de leurs combattants légendaires. De la création des réserves en 1851, à la défaite du Général Custer en 1876, quels ont été les épisodes les plus marquants des résistances Lakota, Cheyenne etc ? C’est ce que je vais vous raconter.